samedi, novembre 05, 2011

CAO Brazilia - Box Press Vs Anaconda

Cigares d'origine nicaraguayenne, hormis la cape made in Brésil.

                                           (Pour une fois j'ai réussi la photo...à peu près)

Le Box Press est un genre de Corona Gorda carré, l'Anaconda un Salomon. Je ne pense pas que cette gamme soit disponible en France mais pour info, ils tournent pour le 1er autour de 6 $ et le 2nd de 7$.
Hormis le visuel impressionnant avec des capes très sombres, je suis tombé sur le luc en découvrant après décollage que les deux fusées ont dans le réservoir du méthanol tabac du Nicaragua tant ils me sont parus éloignés de la ligne de goût habituelle de ce terroir (c'est une ritournelle chez moi, je l'utilise beaucoup pour marquer ma stupéfaction toute nicaraguayenne).
Comme d'habitude chez CAO, les vitoles sont assez linéaires, mais calées sur des arômes plaisants de bois exotique, d'épices (très) douces, des notes persistantes de réglisse très agréables (pourvu qu'on soit fan de Cachou Lajaunie, en moins sauvage tout de même) et des touches de café froid sur la fin.
Les deux navettes se distinguent essentiellement par leurs tailles (au cas où ça ne sauterait pas au pif sur la photo) et leurs vitesses de croisière, le Box Press étant (relativement) plus puissant que l'Anaconda qui prend son temps pour dérouler sa partition au point que je me suis demandé plusieurs fois lors du 1er tiers si je ne tirai pas sur une flûte traversière, le son en moins (comptez un peu moins d'une heure pour le 1er, deux heures pour le 2nd).
Présentés comme des "full bodied" (ces yankees, quelle bande de délicats du palais), je les rangerai plutôt dans les cigares moyennement puissants à l'exception du final assez roboratif, des cigares à fumer l'été en plein air et moins à destiner aux séances de méditation contemplative.
Après les déceptions coup sur coup des CAO Vision Prana dont j'ai parlé il y a quelques semaines et des CAO Edition Soprano (dont je refuse de parler tant ces bouses infâmes font mauvaise publicité à l'excellente série de HBO), je suis soulagé de pouvoir parler d'une production de CAO en bien sans avoir ouvert mon porte-feuille pour rien.
Seul bémol à apporter suite à plusieurs fumages, une fâcheuse tendance à retrouver des brindilles de tabac relativement larges et dépourvues de feuilles sur le Box Press, et qui gênent parfois un peu le tirage. La sélection des feuilles n'est donc pas toujours très rigoureuse, semble t'il.

CAO Box Press : 3/5
CAO Anaconda : 3.5/5

(Et merci à arsa_no_shinigami dont le pseudo est trèèèès long à taper et mémoriser pour m'avoir tenté sur ce coup, il échappe aux coups de fouet).

7 commentaires:

Thierry et ses cigares a dit…

Noté sur ma petit liste de futurs achats...

Erwan a dit…

Si t'aimes pas faudra t'en prendre à arsa_no_shinigami mais si t'aimes bien, les remerciements seront pour moi (ça s'appelle maximiser les profits en ventilant le risque).

Twangking a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Twangking a dit…

"Ground control to major Tom"

Ils me gonflent les cigares de CAO. Ça manque de longueur en bouche et de caractère...

Erwan a dit…

Je suis d'accord et pourtant, celui-la, j'aime bien. J'suis comme ça moi, imprévisible. Mais demain je vais peut-être le détester parce que je suis aussi très volatile de tempérament...
Krkrkr...

Mohamed a dit…

Pour moi CAO c'est plus un cigare d'apéro, une mise en bouche avant un cigare plus costaud.

Erwan a dit…

Oui ? L'Anaconda, c'est deux plombes minimum, tu dois être du Sud ou breton, où les apéros se prolongent jusque tard dans la nuit ;)