vendredi, décembre 12, 2008

Ôde au Dalia...

Vu la médiocrité des vitoles cubaines dernièrement proposées (D5, Petit Libertador, et j' en passe, à l' exception du bon Cuaba Piramides hélas beaucoup trop cher), je voulais pousser une gueulante sur le manque de courage, d' inventivité et d' originalité d' Habanos S.A et suite à la lecture des expériences de deux forumeurs sur le forum P1P2C, je me suis ravisé... Ils y contaient le ravissement qu' ils ont éprouvé en découvrant les dalias et panatellas et leur univers si particulier... Voila une espèce en voie d' extinction, faute de curiosité et disons le, d' un peu de courage au début...

Car il en faut, du courage, pour fumer ce genre de module de nos jours. "Cigare de femme" entend-on parfois. On n' est certes pas dans le cigare macho et pourtant, il faut une certaine dose de masculinité pour fumer un dalia, et savoir faire fi des regards amusés, des sourires en coin, des petites moqueries qui viendraient empièter sur votre plaisir... Il faut ne pas douter de ce qu' on est, ne pas chercher le regard qui prouverait que...

Allumer un Dalia, c' est enfiler des ailes pour aller voler avec les aigles là où les fumeurs élevés au (short) Robusto picorent avec les corbeaux, c' est regarder le monde d' en haut sans se préoccuper de savoir ce qui se passe ou se dit en bas... C' est accepter de se laisser transporter lentement à l' heure où on nous vends toujours plus de vitesse, c' est faire parti d' un précarré, d' une caste qui ne revendique aucun privilège si ce n' est celui de savoir qu' ils sont peu nombreux... De moins en moins nombreux...

Noêl approche, les bourses se délient, les envies se dessinent, profitez en pour être curieux ! Délaissez les Shorts (pas de saison), les Grobusto, les EL et ER en tous genres et offrez vous des 8-9-8 de Partagas, des Inmensas de Bolivar, et vous aurez les clés pour accéder au monde encore moins fréquenté des Lanceros (celui d' Oliva est fameux) et des Panatellas en tous genres (ceux de Partagas entre autres)...

Faites le tant que vous pouvez encore, non pour sauver ces cigares qui sont (j' espère me tromper) plus ou moins condamnés à disparaitre au profit de modules plus rentables; mais pour témoigner et vous dire, un brin nostalgique mais le sourire aux lèvres : "j' ai connu..."

Bonnes volutes et à l' avance bonnes fêtes.

32 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonsoir Erwan,
Ton passage me fait plaisir, c'est vrai que je ne viens plus trop souvent déposer des textes sur le P1P2c, je fume des merdouilles depuis quelques temps, les temps havanesques bénis reviendront. Mais j'écris, avec un bouquin en préparation pour l'an prochain.Merci encore pour ton petit signe.

erwan a dit…

Salut l' ami ilien !

Un bouquin en préparation ?! T' as intérêt à sonner la corne de brume quand il sera dispo, j' achète, je suis client !

@ + alors...

Clegor a dit…

Salut Erwan !

Je fais également partie de ceux qui détestent ces nouveaux modules au goût aseptisé et au prix faramineux !

Dans la série des modules atypiques, il ne faut pas oublier le grand panatella !

Jusqu'à quand Habanos SA nous laissera nous régaler d'un Inmensas ou d'un Série du Connaisseur n°1 ??

erwan a dit…

Aaaah je sens qu' on va finir par monter un Comité de défense des modules en voie d' extinction...

J' adore le SC1, mon ami, mais le pb est que par chez nous, on ne peut faire de selection en faisant ouvrir 2 ou 3 boites, et si tu tombes sur une moyenne où le cigare a tendance à ne pas tirer, t' es fait comme un rat :(

Je soupçonne les cubains de moins soigner ces grands modules faute de grosses ventes.

erwan a dit…

Ca devait être interessant au plus haut point de discuter avec lui...

Ton éclairage de lanterne explique donc ce que je prenais à la longue pour un manque de bol de ma part...

C' est franchement dommage de saborder des monuments comme ça.

D' autant que j' ai lu que l' année dernière Saint Domingue était devant Cuba en terme de volume de production, et pourtant leurs cigares sont irréprochables (pour la construction) quelque soit le module.

Comment scier la branche sur laquelle on est assis... Et encore, il n' ont pas pénetré le marché américain, ni chinois :(

Clegor a dit…

Oui, mais St-Do roule presqu'exclusivement au flip-flap ! S'ils se risquaient à faire du totalmente a mano, amtha, il y aurait plus de déchets !

C'était la deuxième fois que je rencontrais ce Monsieur ( avec un grand M. ), c'est à chaque fois un plaisir de pouvoir parler cigare avec lui.

erwan a dit…

Ah bon ?

Même pour les cigares haut de gamme genre Ashton, Arturo Fuente ?

Pour les VSG c' est écrit "made by hand" mais c' est vrai que ça reste vague...

JBrice a dit…

Salut Erwan,
Juste un petit de message de soutien pour ton blog en passant.
Au plaisir de te lire ici ou sur le forum de P1P2C.
PS: ton article est très intéressant. Depuis quelques temps, je fume des Montecarlos de Por Larragana et des Demi Tasse du Nicaragua, un vrai régal et une dégustation qui dure dans le temps, malgré la finesse des vitoles. Les robustos et double co n'ont qu'à bien se tenir!

Amicalement.
Jean-Brice.

A bientôt.

erwan a dit…

Saluche !

quand tu te sentiras paré, tu tenteras le 8-9-8 et le Serie du Connaisseur n°1 de Partagas, ou l' excellent Especial de Montecristo et le Lancero de Oliva, tu découvriras un nouveau monde ;-)

Famille MAROTTA a dit…

Bonsoir erwan j'ai essayé de t'envoyer un message sur ton adresse MSN mais en vain le message me revien, voici le texte :

"Salut

Je trouve ton blog super sympa, je suis nouveau fumeur de cigare et j ai lu tout tes billets. Un plaisir...

Voilà pour les fleurs.....

Sinon j habite en guadeloupe depuis 2 ans et il me reste encore deux ans a passer ici avant de rentrer, et le prix des cigars est identique à la métropole avec une seule civette et très peu de choix...

Je suis a la recherche d'un doc informatique du style excel regroupant toutes les marques et modules et ayant été noté (excellent à médiocre par exemple)le tout avec les tarifs, j ai trouvé un modèle mais datant de 2004, je suis également a la recherche de fiche de dégustation en PDF par exemple.

Si tu as ça ou si tu connais un lien merci de m en faire profiter...

A très bientot de te lire sur ton blog..."

erwan a dit…

Bonjour !

Normalement mon adresse mail fonctionne, c' est étrange.

Pour un passage en revue complet des cigares je ne peux que conseiller "Le Havanoscope" publié par la revue L' Amateur de Cigares et disponible dans tous les bureaux de tabac.

En complément, et pour des comptes rendus de dégustation ainsi que des fiches de dégustation à remplir, je t' invite à rejoindre ce forum où je participe sous le pseudo makkabe : http://www.poignee2cigares.com/
Il s' agit d' un lieu d' échanges d' avis entre passionnés, débutants ou non, avec des adresses de civette y compris dans les DOM/TOM, des sites pour acheter l' équipement adéquat, des trucs et astuces etc c' est très sympa et convivial...

Merci pour les compliments pour le blog ça fait toujours plaisir, et n' hésite pas à m' écrire à nouveau sur mon mail ou sur bouddhaenshort@gmail.com

A bientôt et au plaisir de te lire !

Anonyme a dit…

Salut le reunnois, alors bonne année comme on dit.
En fait une bonne année put aussi être l'expression courante des éleveurs d'ânes ou « donkey-boys » pour désigner une horde d’ânes. J'ajouterai à ce propos que les « donkey-boys » n'ont jamais eu la renommée de leur confrères "cow-boys" pour cause de flagrant laubiingue à l’époque ou les texans, grands éleveurs de bœufs, avaient la mainmise sur l’industrie cinématographique hollywoodienne et que certains grands contrats signés avec une certaine chaîne de restaurants naissante alors, visaient directement à la promotion de la consommation de viande bovine. Ainsi aussi arbitraire que cela fut, le « donkeyburger » ne fit jamais recette ….C’est donc tout naturellement que l’ensemble des professionnels de la restauration Américaine favorisèrent et plébiscitèrent les films de « cow-boy » plutôt que de « donkey-boy ». Et c est ainsi que l’expression « on peut pas dire ….on a eu une bonne année l’an dernier » tomba dans l’oubli collectif. Oh, quelques foyers subsistèrent de ci de là, on peut citer en exemple La Corse, et l’on salue au passage leur effort d’intégrité devant l’écrasante conscience collective, toujours est il que depuis peu, depuis hier exactement, on pourrait voir s’inverser cet état de fait car il semblerait que le régime alimentaire Américain soit sur le point de changer au profit de l’âne, ceci n’étant que le résultat de la nouvelle politique hollywoodienne, dont la tendance est aux films bourrés d’ânes et donc de « donkey-boys ».
Bienvenue donc à nos chers « donkey-boys », qu’ils nous élèvent, une bonne année….
E.M j'arrive plus a me connecter avec mon mot de passe

Peintre a dit…

Salut Erwan !

Un bail que je n'étais pas passé.

Le temps s'écoule trop vite !
Ravi de voir que ton blog tient toujours aussi bien la route et longue vie aux Dalias !

Amitiés.

JP

Papa Anonyme a dit…

A l'instar de Peintre, qui m'a fait découvrir la subtilité des Inmensas, je salue ce post enlevé !
Hasta Siempre !
Un nouveau venu pas si inconnu (mais chut !...)
;-)

erwan a dit…

Hmpf...

Je suis allé lire le blog (très drole) mais je n' ai pas reconnu le quidam anonyme...

Je lancerai un tueur à gage à tes trousses alors :D

Peintre a dit…

He bien, je l'ai reconnu !
Nouveau papa d'une petite fille et avec un chat ... Facile !

erwan a dit…

Facile, facile c' est vite dit ! ;-)

Ca doit être une de tes nombreuses connaissances rencontrée à des heures indécentes dans des lieux enfumés...

Une arsouille à n' en pas douter quoiqu' il en soit...

Anonyme a dit…

D'abord bravo pour cet éloge des Dalias! Et une précision à l'attention de Clegor (qui m'a fait rougir).
Il y avait baucoup de bruits au Cubana Café, ce qui explique qu'il a probablementmal entendu. Aussi cette précision: les N°1 (type Lanceros de Cohiba, Especiales de Montecristo), les délicados (Série du Connaisseur N°1, Grandes de España de El Rey del Mundo) comme les dalias (8-9-5, de Partagás, Inmesans de Bolivar), sont roulés par les toredores de 9e catégorie.
Jean-Michel Haedrich

Peintre a dit…

Et hop l”ami !

Un petit tag en passant !

Amicalement.

Anonyme a dit…

Mince le beau monde ! J'ai l'impression d'entrer tel l'idiot, dans une réception du général Epantchine ! Sois dit en passant, j'ai acheté "Habanos" du monsieur, très bien foutu surtout pour ce qui est des illustrations, la plupart des puros sont a l'échelle 1/1, tu colle ton Roro sur la page et tu vois direct si c'est un numéro 3 ou........autre. Très pratique pour les fumeurs du dimanche dont je fais partie.
LE MOREAU

erwan a dit…

Salut mon cancre !

C' est que c' est pas rien ce blog, n' y contribue que le gratin de la planête cigare, la jet set du puro, l' élite du bâton fumant...

T' as fait un bon achat, j' ai aussi le bouquin qui est sacrément pratique quand on entreprend d' identifier une vitole dans le nom t' échappe...

Corynne a dit…

Dis donc mon ami...
Ton dernier post date de décembre...
Ca va tranquille ?!

Y a des grèves chez les Breizh ou bien ?!

(Et là... c'est le drame)

:)

erwan a dit…

Salut la Slumdogette !

L' actu cigare c' est pas comme le cinoche, y a pas 5 nouvelles vitoles qui sortent par semaine donc là, j' avoue, je suis un peu en stand-by...

Je pourrais meubler en parlant de moi -j' adore ça- mais ça ferait 5 volumes et le blog deviendrait payant alors en attendant, je bulle...

Anonyme a dit…

Salut Erwan,

Je n'avais pas fréquenté la civette du palais royal depuis long et du coup, hier j'ai été époustouflé par l'invasion avérée de petits joufflus, à laquelle nous assistons depuis maintenant plus d'un an.

Diantre ! Il est désormais de bon ton que chaque fabrique, ou peu s’en faut, fut elle cubaine ou non, ait un petit gros inscrit à son catalogue.

L'on pourrait penser ces obèses peu onéreux, puisque ce sont toujours des cigares qu’on avale en moins d’une demi heure, mais il n'en est rien. Dans cette joyeuse farandole du palais royal, je ne sais même plus exactement quel Dominicain titre le prix canonique de « 15 » (roros). Certes, l'engin est doublement et joliment cerclé de bleu, mais tout de même, 5 euros la bouffée !...

Je m'étais promis de l'ignorer superbement, de le snober parfaitement, lui et tous ses congénères gras de cape, quand finalement, après bien des tripotages et des tatages, je constatai que c'était plus fort que moi : il fallait que j'en rapporte un dans mon filet parmi les prises du jour. L’évolution de mes sentiments vis à vis de ces grassouillets me surprit.

Je demeurai malgré tout raisonnable quant au prix de mon élu (6 kopeks toutes taxes comprises), mais pas sur son diamètre : il s'agissait d'un CVJ Torito, d'à peine 90mm de long, sur un cepo d'environ 60 (!). Il était fait d’un assemblage de tabacs Indonésiens, qui me fit rapidement céder à ma curiosité légendaire, et c’est ainsi que je n’hésitai pas à en extraire un de son humidor de 25, présenté verticalement dans une rangée de 5 sur 5 colonnes. Très original. Courteur oblige !

Je n’avais fort heureusement pas rapporté que ce groslard dans mes filets. J’avais prévu un comportement totalement anarchique de sa part. Et bien m’en prit, puisqu’au bout des 3 ou 4 énormes bouffées convenues, il ne délivra plus rien d’autre qu’un insipide purin.

Que reste t il d’hier ? Ce diamètre exagéré qui empêche de fumer agréablement sans faire des grimaces insensées ? Le peu qu’il eut le temps de me faire succinctement découvrir de l’ensemble de la fabrique CVJ ? Le mètre cube de fumée âcre que chaque bouffée délivre ? La quantité de nicotine associée ? Le fait qu’il ne vaille pas plus qu’un tube de roseau au bout de quelques bouffées ?

Les réponses sont évidentes et je me félicite de ne l’avoir payé « que » 6 kopeks. Je serais d’ailleurs prêt à parier qu’il se vend d’avantage d’humidors de Behike de par le monde, que de ce quasi inutile Torito.

Bref. Pourquoi vous raconté – je tout cela ? Certainement pour illustrer à quel point cette soudaine foison de petits gros n’apporte pas grand chose dans le monde du Cigare ! En tout état de cause, à quelque chose malheur est bon, puisque je réalisai ce matin à quel point je m’étais levé moins con que la veille (chose qui tend d’ailleurs en principe vers l’idéal de tout un chacun…).

Je réalisai en substance à quel point aucune encyclopédie de cigares n’avait jamais mentionné tous ces affreux petits gros. Depuis des siècles que l’on fabrique ces nobles cylindres plus ou moins tordus que l’on appelle cigares, depuis des générations d’anciens donc, toutes ont évité les trop fort rapports entre le diamètre et la longueur. A tel point que la gamme des robustos, et en particulier le Hermoso n°4 n’est apparu que dans les années 70 !

D’où pourrait donc nous venir une telle évolution ? Pourquoi les cigares se raccourcissent ils pareillement depuis si peu de temps dans l’histoire du cigare, en même temps que leur diamètre augmente ? Et pourquoi précipite t on cette tendance ? Pourquoi en arrive t on tout à coup à l’accentuer à tel point que l’on en arrive à donner des formes carrément absconses à nos cigares ?!

Je vais hasarder ici une théorie.

Un fort diamètre délivre beaucoup plus de fumée en moins de temps. Et donc un débit de nicotine plus important, une sorte d’apaisement plus marquée ainsi que je l’ai constaté facilement chaque fois que j’ai bien voulu y prendre garde. Tout cela en un minimum de temps. Pas plus d’une demi heure…

Le Torito et ses confrères ne seraient ils donc pas parfaitement adaptés à la pause de la mi journée d’un occidental moyen ? Lui qui est tant soumis à notre impératif commun de rentabilité ? En même temps, ce même torito ne serait il pas tout simplement le cigare parfaitement adapté de ce même occidental si pressé entre midi et deux ?

Dans les deux cas, je ne peux pas m’empêcher de répondre oui : le torito et ses congénères sont parfaits pour délivrer de fortes sommes de fumée et de nicotine, mais ce ne sont pas des cigares !

Comment ??? Allez vous me brûler pour avoir dit cela ? Allez vous me dénoncer si d’aventure vous étiez juif ? Me crucifier si vous êtes romain ? Pleurer si vous êtes chrétien ? Eh bien non ! Jamais, car vous comprendriez à quel point un bon cigare est fait pour passer un bon moment. Et en particulier hors du stress de la vie professionnelle !

Un cigare digne de ce nom vous raconte une bonne histoire. Pour ça, il vous prendra une bonne heure, et avant tout votre environnement préféré, voire même de bons copains. Il pourra sublimer par millions vos meilleurs moments, mais en aucun cas tout cela ne saurait se condenser en une simple demi heure entre une cafète des années 70 qui vous distribue exclusivement de la bouffe industrielle et un après midi d’emmerdes à la Défense.

Bref, si comme moi vous faites partie comme l’essentiel de la population des cadres artificiellement formés pour fabriquer de l’artificiel, voire rien du tout, rejoignez moi ou même rejoignez Erwan et boycottez complètement les petits cigares spécialement fabriqués pour les grosses tapettes !

Juan23. Psychanalyste maudit.

erwan a dit…

A voté ! ;-)

Peintre a dit…

Salut Erwan !

Dommage que le sus-nommé votant soit resté anonyme ...
Une vraie bonne analyse, perso certes, mais argumentée !

Quant à ton "bullage", tu n'as qu'à te dérouiller en relayant le tag (dont m'avait fait cadeau le "papa anonyme")et que je t'avais relayé sur "500 euros et 500 secondes à vivre" ... ;-)

Amitiés.

JP

erwan a dit…

J' avais point compris le coup du tag, Peintre, je pensais que c' etait un genre de "salut" façon d'jeunes du net, je vais me pencher dessus.

L' anonyme qui a voté n' est pas vraiment un anonyme, il a signé en bas de son post c' est juan23.

Sinon, Moreau, si tu passes par là, on peut pas laisser de com' sur ton site qui est encore fois en carafe (il demande un code, qui ne s' affiche pas)...

toctoc a dit…

Mauvaise nouvelle pour les amateurs de dalias, la mort de l'Inmensas est annoncée : Habanos a semble t'il décidé de le supprimer du catalogue.
reste donc le Gold Medal mais qui ne comblera pas le vide AMHA.
PS encore bravo pour ton blog.
PS2. Peintre n'achete pas toutes les boites restantes svp ;-)

anotherwaytogetold a dit…

Je ne suis qu'un très récent fumeur de cigares mais j'ai une nette préférence pour les Dalia (ou Lonsdale? Quelles sont les différences?)
et autres Grand Panatela. Je les trouve en effet bien plus élégants, dandy et agréables à fumer que les Robusto qui pour moi sont très vulgaires. Un cigare doit me permettre de me couper du reste du monde. Un Lonsdale oeuvre en ce sens, pas un Robusto.
Cormac McCarthy dans son livre "La route" pose la question:
"Comment sait-on qu'on est le dernier homme sur Terre?"
Je ne connais pas la réponse mais je sais provoquer le sentiment d'être le dernier: je fume un 8-9-8 .
Bien à toi,
Thomas.

erwan a dit…

Tout fumeur de dalia/lonsdale est homme de goût !

La différence entre les deux est infime : les Lonsdales - qu' on appelle officiellement Cervantes - dispose d' un cepo de 42 pour 165 mm de long : Monte n°1, Saint Luis Rey Lonsdale, Vegas Robaina Classicos, Diplomaticos n°1, R&J Cedros de Luxe n°1, Sancho Panza Molinos, Rafael Gonzales Lonsdales; et les Dalias - cepo de 43 pour 170 mm de long : 8-9-8 de Partagas, Partagas de Partagas n°1, Bolivar Inmensas, Gloria Cubana medaille d' or n°2 et Cohiba Siglo V.

La plupart sont hélas hors civettes parisiennes de plus en plus difficiles à trouver faute de grosses ventes. Raison de plus pour apprécier quand on en déniche une belle boite.

anotherwaytogetold a dit…

Merci Erwan pour ces précisions.
Je trouve pour ma part mes cigares à Irun en Espagne où ces formats sont encore très présents(je ne saurais trop te conseiller d'aller chez Ricardo Aramburu si d'aventure tu traines tes guêtres dans les parages) donc je ne connais pas trop la sitation des civettes hors Paris. Pour les boîtes, j'en ai vu de très très belles (8-9-8 var) mais ce n'est malheureusement pas dans mes moyens...Ggggrrrr!
En tout cas, je fais très souvent la promotion de ces modules autour de moi et quand un ami me demande de lui acheter un cigare, je lui prends un Dalia ou Lonsdale.
Bien à toi;
Thomas.

erwan a dit…

J' ai de la famille aux Baléares qui passe parfois par l' Espagne, je note l' adresse, merci à toi !