vendredi, octobre 16, 2009

Macanudo 1968 : sous les pavés...?

Un article lu chez Chesterfield Project avait titillé ma curiosité. Le hasard faisant bien les choses, mon pote civettier m' a proposé il y a quinze jours de le goûter pour lui donner mes impressions.



Etant généralement méfiant à l' égard des cigares alliant plusieurs mélanges de terroirs divers (tripe Nicaragua et Saint-Domingue, sous-cape Connecticut, cape Honduras), je confesse avoir entrepris l' aventure avec un léger a priori négatif.

Que de mauvais esprit pour un cigare qui ne le mérite pas ! Sous les pavés la plage et non une redoutée morne plaine.

Ses arômes se diffusent comme les pensées révolutionnaires : d' abord sous le manteau, sans bruit, puis s' étendent et montent en puissance jusqu' au dénouement explosif. Une révolution de palais ! Ce cigare demande un certain engagement, et l' envie de monter sur les barricades plutôt que de discourir dans des salons feutrés.

On pourra lui reprocher une certaine linéarité - ou constance - suivant qu' on l' apprécie plus ou moins. Essentiellement câlé sur les épices et le poivre, le final mettra KO les moins aguerris de par son punch.

Les prix : de 6 à 7.50 € pour 4 modules proposés.

Une bonne surprise donc, sur laquelle je reviendrai avec plaisir. L' héritage de 68 est bel et bien toujours vivant. Amusant quand on sait que ce label est un best seller aux Etats-Unis...

N.B : le module dégusté fut le Robusto. J' ai testé le Titan, que je n' ai pas aimé de par son excès de puissance.

6 commentaires:

Fumeurs de Pipe a dit…

Ca fait plaisir de te relire ;-)

erwan a dit…

Salut l' ami !

Làs, l' actu cigare n' est pas aussi prolifique que l' univers des pétuneurs... Entre deux news, je vais tâcher à l' instar de ton blog de dépoussierer le mien avec une nouvelle robe, celle ci commence à jaunir :-)

The Chesterfield Project a dit…

Kenavo !
Good to have you back, bon sang !
Hasta Luego, amigo,
Guillermo

erwan a dit…

Salut Guillaume bis ;-)

Je fais ce que je peux avec ce que j' ai mais Noël approchant, je subodore qu' on va recevoir deux ou trois choses pour les fêtes :p

Mademoiselle C. a dit…

1968 : très bonne année.
Ma conception sous les pavés, mon côté rebelle !

erwan a dit…

Et sous les pavés ? La Mademoiselle ? Hmmmmm ...