jeudi, mars 20, 2008

Cigare & Sensations condamné pour diffamation

J' attendais le jugement de l' action intentée par DNF à l' encontre d' Yves Belaubre pour des propos tenus dans son magazine et sur son blog. Le verdict a été rendu et est lisible ici. Yves Belaubre peut encore faire appel de la décision.

Cette affaire est déplorable à plus d' un titre. Premièrement, n' étant pas particulièrement friand du caractère excessif de certaines prises de position d' Yves Belaubre, et bien que je le soutienne pour son engagement, cet épisode et son épilogue font du tort à ceux qui donnent de la voix pour faire entendre leurs droits en tant que fumeurs, spécialement les amateurs de cigare. Si un certain nombre de réflexions émises par Y.B sont pertinentes et fondées, il faut savoir se garder de verser dans la critique maladroite ou excèssive, sous peine que la moindre faille soit exploitée par ses opposants rompus aux poursuites judiciaires dont c' est la spécialité.

Secondement, cet épisode permet une fois de plus à cette triste association de communiquer à plein rêgime pour soigner son image, et de faire passer au second plan des idées et des actions plus que contestables et légitimement contestées qui n' est pas sans rappeler ce grotesque communiqué de presse lors de l' affaire P1P2C où ils se présentaient en individus ouverts d' esprit et tolérants prêts à tendre la main à qui saurait entendre raison.

DNf exprime dans son communiqué son grand souci de respectabilité et de vérité, rétablissons en donc quelques unes :

- on y parle de colère de Cigare & Sensations suite à une simple citation délivrée au site « une poignée de cigares » en omettant soigneusement de dire qu' il était réclamé au Président de cette association plusieurs dizaines de milliers d' euros, et que l' affaire s' esr résolue à l' amiable à quelques heures du procès, en grande partie grâce à l' opiniâtreté de ses avocats bénévoles et de celui-ci.

- on hurle au déchainement de haine contre DNF, association respectable, tout en omettant de dire que sur son forum sont tenus par ses usagers des propos violemment anti-fumeurs et discriminatoires dont j' ai déjà fait état sur ce blog et qui ont outré nombre de lecteurs. Etrangement, depuis un certain temps, on ne trouve plus d' accès au forum sur leur site, il faut rentrer l' adresse directement ou la chercher sur google.

- on parle de volonté de nuire à l' association. Il serait bon que ses cadres aient suffisamment de recul pour se demander pourquoi les actions entreprises par leur association sont autant sujettes à polémique (stérile dit elle), ne supportant pas le débat public et démocratique autour d' une question de société qui concerne tout le monde, fumeurs et non fumeurs.

Mais de ceci, pas un mot bien entendu...

On pourra relativiser la portée de ce jugement en rappelant que la diffamation ne relève pas nécessairement du mensonge, mais de la volonté de nuire ou de portée atteinte à l' honneur. On pourra aussi rappeler que nombre d' injures et de procès d' intention ont été tenus à l' encontre d' Yves Belaubre (entre autres) sur le forum de DNF mais qu' importe...

Morale de l' histoire : on ne combat pas les excès avec de l' excès...

A suivre, le procès à venir pour propagande en faveur du tabac...

N.B : à lire, le rectificatif d' Y.B au communiqué de presse de DNF.

29 commentaires:

Peintre a dit…

Hello Erwan !

J'admire l'énergie que tu déploies encore à lire un forum que toute personne sensée (fumeuse ou pas) ne considère plus que comme un repère de "jusqueboutistes" !

J'aurais plus employer les qualificatifs de "haineux","extrémistes", etc ...
... mais mon propos n'est pas de les insulter !

Qu'ils sachent seulement qu'ils ont depuis bien longtemps perdu toute crédibilité et quand le temps aura laissé "le temps au temps", il ne resteront pas dans l'histoire ....

Oubliés depuis longtemps, on se souviendra par contre probablement de ceux qui n'auront pas, tel Yves Belaubre, laissé faire les Tartuffes sans réagir !

Et pour finir, une petite citation de ce magicien des mots et des idées que fut Raymond Devos :

"On a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort !"

Je vous laisse méditer sur cela et souhaite bon courage à Yves Belaubre.

erwan a dit…

Aaah Devos, il nous manque !

Quant à ce triste forum, je ne le lis plus que ponctuellement tant il tourne en boucle, mais j' avoue que la démagogie qui émane de ces communiqués me pousse à chaque fois à rétablir quelques vérités.

D' un bord ou de l' autre, la mauvaise foi, et disons le franchement la bêtise m' ont toujours insupporté :-)

Je suis néanmoins ravi d' apprendre que Belaubre ne leur aura versé pour tout...qu' un euro :p

Anonyme a dit…

Avec son euro, Gégé pourra se payer un café ( à la machine, au bistrot on parle trop fort pour lui . Cela dit si il faut payer pour dire la vérité maintenant ... Bravo à Yves Belaubre !

Yvan a dit…

Chacun sait dans quel camp je me situe mais je ne souhaite pas m'acharner sur un adversaire tant qu'il est à terre. Au contraire je salue son initiative de dresser sur le site de sa revue une liste des lieux où l'on peut fumer légalement (le cigare) à l'intérieur. Pour le reste je réaffirme mon soutien sans faille à DNF pour son action, et j'approuve sa décision de ne pas mettre en avant un forum qui n'apportait plus grand-chose d'intéressant quand je l'ai quitté, en espérant qu'il ne s'agit pas seulement d'une décision temporaire liée à la restructuration du site. Il va de soi en revanche que je n'ai jamais été solidaire d'un Polaris ni des autres extrémistes du forum que je censurais quand j'étais modérateur. DNF a manqué de doigté dans sa prise de contact avec les associations de fumeurs de cigares qui communiquaient ouvertement sur la Toile, mais c'est à mes yeux peu de chose au regard de l'avancée sociale majeure dont ils ont été les artisans au cours des dernières années.

On leur a reproché d'encourager les dénonciations de tenanciers qui ne respectaient pas le décret. Force est de constater que dans les rares villages où des récalcitrants n'ont pas été sanctionnés, ils ont rapidement étaient suivis de l'ensemble des autres bars, ce qui valide a posteriori l'activisme des militants.

erwan a dit…

Ben écoute, pour les exemples de bars qui me concernent (de loin) car situés en Bretagne (:p), le proprio est seul, sans salarié(e)s, et autorise ses clients habituels à fumer...

Dans ces conditions, ça ne me choque pas, les petits villages savent qui fréquentent ces cafés, et si ça ne gène pas les autres, je dis que c' est un bon compromis !

Yvan a dit…

Je faisais allusion seulement à une information glanée dans un journal sur la Toile, qui faisait état d'un café qui n'avait pas respecté le décret. Le cas aurait pu rester isolé et sans grande importance, sauf que l'exemple a fait tache d'huile, et les autres cafés du village ont suivi. Peut-être que depuis les choses sont rentrées dans l'ordre, mais cet exemple montre bien que faire preuve d'un peu de souplesse n'était pas une solution viable.

La solution consistant à autoriser les cafés sans salariés à ne pas suivre cette règle aurait pu être officiellement proposée. Toutefois je ne suis pas sûr que cela aurait été une bonne idée. Les tentatives pour contourner le décret ont été nombreuses, notamment avec l'idée des clubs privés. Plus loin de nous dans le Minnesota, les théâtres étaient exemptés de l'interdiction et de nombreux cafés ont décidé de se redéfinir comme théâtres populaires dans lesquels les acteurs improvisent un rôle sur le thème des cafés avant l'interdiction de fumer. C'est amusant sans doute, mais cela conduit surtout à regretter l'exception qui a été accordée aux théatres. En autorisant les cafés sans salariés on aurait probablement vu apparaitre des formules de partenariats formels, avec une part ridiculement faible pour les ex-salariés qui de fait n'auraient pas acquis le moindre pouvoir réel dans l'entreprise, et notamment pas celui de refuser de se faire enfumer. Par ailleurs cela empêchait les clients de dénoncer une possible violation du droit du travail, puisqu'ils n'avaient plus les moyens de savoir quelle était la réalité. La crainte des militants que le décret ne devienne une coquille vide était malheureusement justifiée par le précédent de la loi Evin, et renforcée par les affirmations des trublions du forum qui agitaient la menace d'un décret qui resterait sans effet.

Il restera toujours quelques exceptions en pratique, il y en a dans tous les pays, mais le rôle des militants qui se sont impliqués en dénonçant les infractions qu'ils constataient a certainement été positif. Cela n'a rien à voir avec un Polaris qui répond des sottises à un élève qui cherche à faire un exposé sur le tabac, comme dans l'exemple que tu cites dans un billet précédent.

erwan a dit…

Oui j' ai lu cette histoire de café reconverti en théâtre où les fumeurs jouaient un rôle...

Je trouve ça plutôt sain et amusant, et ça démontre qu' une partie de la population se révèle être inventive quand une loi idiote leur semble aller trop loin...

Enfin, elle est passée, et s' il existe quelques exceptions ici ou là ça ne devrait pas empêcher les non fumeurs de respirer (je parle des non fumeurs normaux, pas ceux de DNF :p)

Yvan a dit…

Sauf que dans le Minnesota la loi n'avait rien d'idiote, elle tolérait une exception pour les théatres au nom de la liberté d'expression artistique et parce que les scènes sont souvent assez éloignées des spectateurs pour que ça ne pose pas trop de problèmes. Au delà du côté amusant l'initiative des cafetiers risque d'amener les mouvements anti-tabac à se méfier des exceptions.

En France il semble en effet que les choses se passent bien : le taux d'infraction est symbolique, et les fumeurs trouvent progressivement des lieux à leur convenance, mais sans la mobilisation des militants il était improbable que l'on en arrive là.

Que la mouvance anti-tabac comporte quelques cas pathologiques (Polaris) et quelques extrémistes, c'est une réalité que je ne peux qu'admettre, mais il en est de même avec tous les courants militants. Les féministes par exemple comptent quelques extrémistes dans leurs rangs sans que cela me conduise à rejeter le féminisme. On doit sans doute pouvoir dire la même chose des mouvements de protection de la nature, etc.

erwan a dit…

Il est probable qu' au sein de ces associations on trouve quelques extrêmistes, mais j' en connais peu qui appellent à la dénonciation systématique en usant de la procédure judiciaire à ce point. C' est efficace mais contestable.

Je connais également peu de présidents d' association qui manient comme Audureau la démagogie et la mauvaise foi, qui transpirent des communiqués de presse de DNF. Mais je suppose que c' est ce qui fait la force de cette association, et que la fonction amène à pratiquer ce genre de manoeuvres... La fin justifie les moyens.

Néanmoins il me semble, et je ne suis pas le seul, que ces gens là vivent sur une autre planète.

Qualifier le fait de mettre une petite association et son président de "manque de doigté", de "simple citation à comparaitre,"pas de quoi fouetter un chat" démontre à quel point la chose est banalisée, or elle ne l' est pas, pour celui qui reçoit une triple assignation à huit heures du matin avant de se rendre au travail et de s' occuper de choses plus interessantes comme sa famille ou ses amis.

Etouffer les protestations en les travestissant systématiquement en "haine" contre une noble association qui ne fait que "son travail en représentant 40 millions de français" est une autre malhonnêteté.

Justifier sans cesse les avancées des interdictions en agitant que c' est la faute des fumeurs, et que tout dépend de leur comportement... Hier les espaces publics, demain les terrasses, après-demain les balcons...

Moi personnellement ça ne me gène pas, mais je vous souhaite de vraiment savoir ce que vous faites, parce que le monde que vous construisez à coups de bulldozer et de murs bêtonnés sera légué à vos enfants, et je leur souhaite bon courage pour y trouver une place où il fera bon vivre ;-)

Yvan a dit…

La haine d'Yves Belaubre ne fait guère de doute et elle n'est pas seulement la conséquence de l'affaire P1PC. Claude Évin et Xavier Bertrand ont aussi fait l'objet d'attaques sur son blog.

Penser aux générations futures ne peut que me conduire à remercier et féliciter Gérard pour son action. Face à d'autres activistes qui appellent à ne pas respecter le décret, il était nécessaire de répliquer par la dénonciation des infractions. La loi Évin a créé un précédent, les militants anti-tabac n'ont pas eu envie de se faire rouler une fois de plus dans la farine.

DNF n'est pas la seule association à dénoncer et appeler à la dénonciation. Ceux qui militent contre la prostitution infantile ou le trafic d'organes dans les pays en développement font de même, et rencontrent l'hostilité de patrons et de clients qui auraient bien aimé qu'on les laisse continuer comme avant leur petit business, avec parfois l'assentiment d'enfants acculés par la misère à la prostitution. Toutes proportions gardées c'est la même chose qui se passait en France avec les employés de cafés, et Yves Belaubre, pour ne pas renoncer au plaisir d'un cigare en fin de repas, avait choisi son camp.

Que tu milites pour le droit des amateurs de cigares à communiquer ouvertement sur leur activité ne me pose pas le moindre problème même si je ne suis pas exactement sur la même ligne. Yves Belaubre milite en revanche avec agressivité pour l'autorisation de fumer dans les lieux publics. C'est son droit, de même que d'autres avant lui pouvaient militer contre le droit de vote des femmes ou pour le maintien de l'esclavage, mais c'est pour moi un adversaire à l'égard duquel je n'éprouve aucune complaisance.

Peintre a dit…

Yvan,

Je te lis avec intérêt car tu as su raison garder face aux dérives de la DNF ...
Mais je ne peux accepter que tu dises :

"Penser aux générations futures ne peut que me conduire à remercier et féliciter Gérard pour son action. Face à d'autres activistes qui appellent à ne pas respecter le décret, il était nécessaire de répliquer par la dénonciation des infractions..."

Inculquer implicitement la délation comme méthode de fonctionnement n'est certes pas le but que je me suis fixé pour mes enfants !

D'autre part :

... Ceux qui militent contre la prostitution infantile ou le trafic d'organes dans les pays en développement font de même ...

Cet amalgame fumeurs/pédophiles (et pire !) me semble du même ordre que celui fait entre la DNF et les nazis, c'est à dire tout à fait surréaliste et grotesque !

Enfin, attention à ne pas commettre un contresens fondamental entre "dénonciation" et délation ...
Ces deux démarches procèdent d'un esprit radicalement différent !

Quant à tes sentiments vis à vis d'Yves Belaubre, je les respecte.

Yvan a dit…

Bonjour Peintre,

Les militants contre le décret Bertrand existent aussi. Ils encouragent explicitement les infractions comme un moyen de pousser le gouvernement à renoncer à sa décision. Logiquement les militants anti-tabac essaient de faire échouer cette tentative. Cela signifie-t-il qu'ils encouragent les enfants à dénoncer les fumeurs en infraction ?

La différence entre dénonciation et délation tient avant tout au jugement que l'on porte sur l'infraction ou le crime, et éventuellement sur les motivations de celui qui dénonce. Les militants de DNF qui relèvent des infractions ne le font pas contre une récompense. Par ailleurs les cafetiers pris sur le fait ne sont pas envoyés dans des camps, on leur demande juste de se mettre en conformité, et les amendes sont légères, donc parler de délation ou de miliciens est exactement le même abus de langage que de comparer les cafetiers à des esclavagistes.

Tous les pédophiles ne sont pas des violeurs d'enfants. La pédophilie était perçue il y a 40 ans en France avec beaucoup d'indulgence, comme partie intégrante de la libération sexuelle, et la prostitution d'enfants de 14 ou 15 ans n'est pas vue partout comme différente de la prostitution en général. Parfois les parents eux-mêmes prostituent leurs enfants pour un peu d'argent en plus, sans percevoir la gravité de leur décision. Les mentalités évoluent vite bien sûr, en partie sous l'influence de groupes de pression occidentaux. Cela dit, enfreindre le décret Bertrand est une simple infraction, bien loin des crimes que j'ai évoqués, j'en suis tout à fait conscient. Par ailleurs fumer n'est pas en soi une infraction et la plupart des fumeurs que je connais sont respectueux du droit et des autres.

erwan a dit…

Les militants contre le décret Bertrand existent aussi. Ils encouragent explicitement les infractions comme un moyen de pousser le gouvernement à renoncer à sa décision.

Ce n' est pas exact, ils demandent simplement un aménagement du décrêt, pas son annulation pure et simple. Entre le pour et le contre il y a une voie médiane.

Quant à comparer DNF avec des associations anti-esclavage ou de lutte contre la prostitution, c' est tout simplement grotesque. Votre haine du tabac et de ses producteurs, si elle est compréhensible à bien des égards, et votre combat, n' ont rien à voir avec les grandes avancées sociales que tu évoques, la comparaison est totalement disproportionnée.

L' avancée des mentalités c' est ce qu' évoquent aussi les tenants du tout sécuritaire au sujet des londoniens qui ont accepté que les 3/4 de la ville soient mis sous caméra de surveillance. Cela relève d' ailleurs du même procédé que les associations anti-tabac, agiter le spectre de la peur en répondant par exemple à une femme qui expliquait sentir l' odeur de tabac dans son appartement venant du voisin du dessous que DNF a tenté auprès des pouvoirs publics d' agir sur ce point sans être écouté, et que l' odeur même infime indique que l' air est vicié par des particules toxiques". Point d' attaque personnelle en l' état, mais c' est tout aussi méprisable à mon sens.

Quant à la différenciation entre dénonciation et délation je suis en accord avec Peintre, écrire à DNF pour se plaindre que son voisin fume sur son balcon, c' est de la délation, pas de la dénonciation, et appeler les miliciens à contrer le mouvement des buralistes relève du même lobbying que ceux qui font pression pour changer le décrêt.

A ce petit jeu, c' est donc le bon vieil adage du "oeil pour oeil dent pour dent" qui prévaut.

Anonyme a dit…

Je ne savais pas qu'en étant favorable à la liberté, à l'assouplissement d'un contrôle social devenu trop lourd, à la limitation des atteintes aux libertés individuelles j'étais aussi malfaisant qu'un trafiquant d'organes. Merci Yvan de me l'apprendre.

Yvan a dit…

Écrire à DNF pour protester contre un voisin qui fume n'est ni de la délation ni une dénonciation. Il ne s'agit pas en effet de dénoncer un acte interdit mais de s'informer sur ses droits, dans l'espoir de mettre fin au trouble. Tu qualifies de délation la dénonciation de cafetiers en infraction parce que tu rejettes le bien-fondé du décret, mais aucun élément objectif ne permet sinon de départager ces deux mots.

Certains parmi les pro-tabac militent pour une formule espagnole, qui représenterait un retour en arrière par rapport à ce que nous avions avant le 1er janvier. Bien sûr si un compromis est tout ce qu'ils peuvent avoir, ils s'en contenteront, mais ce n'est pas ce qu'ils recherchent. Les buralistes sont furieux contre leur confédération qui ne demande pas assez à leurs yeux. Par ailleurs doit-on toujours chercher la voie médiane, en prenant pour référence le passé ? La voie médiane entre l'esclavage et son abolition, c'est l'apartheid par exemple. Pour voter, les femmes anglaises devaient avoir au moins 30 ans au début, contre 21 pour les hommes : une autre forme de voie médiane provisoire, et surtout une autre lubie anglo-saxone qui a fini par s'imposer au monde. Passer par cette étape intermédiaire n'est pas toujours nécessaire. À la mort de Franco, les Espagnols n'ont pas cherché une voie médiane, ils ont choisi la démocratie. Par ailleurs on peut toujours définir la voie médiane que l'on veut : le décret actuel constitue une voie médiane entre le statu quo et les revendications de la majorité des associations anti-tabac, qui rejetaient les fumoirs ; sur certains sujets (les chambres des maisons de retraite) DNF aussi demandait davantage.

Je ne tomberai pas dans le relativisme consistant à affirmer que toutes les causes se valent. J'ai choisi ma position parce que je considère que c'est la seule qui mérite d'être défendue. Si j'avais eu un doute je ne serais pas devenu militant.

Le combat contre l'esclavage était loin de faire l'unanimité il y a deux siècles. Les enjeux ne sont pas comparables pour les victimes, mais les motivations, le cynisme et l'appartenance politique relative des buralistes sont en revanche très proches de ceux des partisans de l'esclavage deux siècles plus tôt : recherche du profit, refus de prendre d'autres considération en compte, ancrage politique très à droite. Les opposants à l'esclavage ont entendu des arguments voisins de ceux d'aujourd'hui : « l'esclavage est une longue tradition au Sud des États-Unis », « vous n'êtes pas concernés, occupez-vous de vos affaires », mais leur engagement n'a pas plié sous les insultes et les coups. Étaient-ils des héros ou ont-ils eu la chance d'être dans le bon camp ? Je ne sais pas. Bien sûr l'époque moderne est moins héroïque et les militants d'aujourd'hui sont des hommes de chair et d'os, avec leurs faiblesses et leurs défauts. Ce n'est plus le mythe des temps anciens poli par le temps qui passe, mais la réalité du combat politique.

Anonyme a dit…

Tu détestes tellement la fumée que tu en viens à insulter toute une profession, en parlant de cynisme, d'encrage politique trés à droite, en comparant leur revendication à celle des esclavagistes. C'est tout le problème des militants anti-tabac, ils sont tellement aveuglés par leur haine du tabac qu'ils racontent n'importe quoi. Ils n'ont aucune distance. On commence par jouer sur l'émotion en parlant de protection des salariés, des nourrissons, des asthmatiques, et autres artifices visant à cacher ce qu'ils veulent vraiment. Et qu'est-ce qu'ils veulent ? Pas de fumoirs, empêcher les gens de fumer en prison ou dans les maisons de retraite, dans leurs appartements. Aux States un des pontes de la lutte anti-tabac affirmait que dés qu'on sent la cigarette, elle peut vous tuer. On voit ou vous voulez en venir. Personne n'est dupe. Les espagnols ou les belges ne sont pas des esclavagistes ni des mangeurs d'organes d'enfants, on n'est pas devenu civilisé en France au 2 janvier, on vous a pas attendu, ni toi, ni Audureau, pour savoir vivre. En revanche quand on lit ( dans le nouve obs ) que Vichy interdisait les bals populaires, que le IIIe Reich interdisait le tabac, on est dans le vrai, tu vois. Parce que ce sont des faits. Et parce que l'histoire n'est qu'un eternel recommencement, et que votre combat n'est pas nouveau, et qu'il est plus le symbole d'un retour en arrière, à l'irrationnel, à l'inquisition, qu'un symbole de progrès social. Lucky.

erwan a dit…

Yvan,

Je prends bien note de ta position et de ta conception de l' engagement.

Pour autant, les parallèles que tu évoques (esclavage, féminisme...) sont déraisonnables, au point que je n' en débattrai pas.

Comparer Audureau et les anti-tabacs aux grands personnages de l' Histoire qui ont lutté pour le progrès social est surréaliste pour ne pas dire un peu risible (mieux vaut en rire que de s' effrayer).

Je m' arrête là sur ce sujet spécifique, c' est un point sur lequel nous ne trouverons pas d' accord parce qu' on sort du cadre de la réflexion pour entrer dans l' intime conviction qui anime beaucoup (trop) de militants.

Yvan a dit…

Mon but n'est pas de te faire adhérer à DNF, juste d'exprimer l'idée qu'en politique tout n'est pas blanc ou noir. Les indépendantistes tibétains font aussi des victimes innocentes, pourtant je pense que leur position est légitime.

La lutte contre l'esclavage a entrainé des guerres d'une autre ampleur que celle contre le tabagisme, mais les acteurs qui se sont impliqués pour le droit de vote des femmes par exemple ont largement été oubliés. Il y avait aussi des personnes farouchement contre, qui ont vu avec regret s'éloigner le monde d'avant.

erwan a dit…

Oui j' avais bien compris, mais les exemples pris sont démesurés et n' ont rien à voir avec la lutte anti-tabac.

Les civettiers ne sont pas des esclavagistes, les anti-tabacs ne sont pas nécessairement des progressistes et ceux qui ne partagent pas votre conception du monde ne sont pas tous rétrogrades ou réactionnaires.

Eviter de tomber dans le manichéisme est une bonne chose, autant le pratiquer dans les idées comme dans la pratique.

Si certains sujets graves ne souffrent pas le compromis, en matière de tabac, je ne suis pas adepte du tout ou rien.

Yvan a dit…

Pour moi tous les sujets souffrent le compromis pour peu que l'on redéfinisse un peu leurs contours.

En matière de combat féministe je ne suis pas favorable à une loi qui demanderait qu'une fois sur deux le Président de la République soit une femme, mais je soutiens sans hésiter le droit de vote féminin. De même je considère qu'aucun employé ne doit avoir à subir la fumée de tabac sur son lieu de travail, mais je suis très hostile à l'idée que l'on puisse se mêler de ce que font les employés en dehors de leurs heures de travail. Je suis opposé à l'esclavage mais je ne veux pas le remplacer par la dictature du prolétariat.

Les exemples que je prends sont en effet très éloignés de la problématique du tabac. Ils ne sont là que pour montrer la fragilité de certains arguments : les excès et erreurs de certains militants ne justifient pas le rejet en bloc d'une cause ; dénoncer un fait mais aussi une personne en particulier n'est pas toujours critiquable. En l'occurrence les cafetiers ne sont pas des criminels, mais les dénoncer les expose à une amende de 135 €, une comparaison avec la milice est complètement déplacée.

Quoi qu'il en soit j'apprécie d'avoir pu m'exprimer en toute franchise sur ton blog.

erwan a dit…

Pas de problème c' est fait pour ;-)

En guise de conclusion et pour étayer le propos, voici la réponse du clavier même d' Audureau quand un intervenant lui dit ne pas partager la croisade de DNF contre les magazines spécialisés :

Intervenant : Les fumeurs de cigare n' ont pas besoin de DNF pour être au fait des choses. Si ceux-ci n' appuient pas votre combat, il n' est pas interdit de penser que c' est par conviction et non par ignorance qu' ils prennent position.

Audureau : En termes concrets, cela veut dire : "circulez, y'a rien à voir", votre décret on n'en a rien à faire, le tabac n'est pas dangereux, c'est même un médicament ... sauf sous forme de cigarettes, et, de toutes manières, votre santé et votre bien être ne nous intéressent pas . Alors là, nous n'avons effectivement plus rien à nous dire, sauf que consciemment ou inconsciemment, c'est ainsi que l'on fait le lit de l'industrie meurtrière du tabac.

Ca se passerait presque de commentaire tant c' est révélateur du fanatisme tant décrié et ce n' est pas un militant de base qui l' écrit.

Chacun appréciera l' état d' esprit qui anime les anti-tabacs et leurs représentants institutionnels. C' est avec, ou contre eux, pas de demi-mesure, pas de remise en cause, pas de questionnement et donc pas de noir ou blanc... On reste plus proche du procès stalinien que du "J' accuse" de Zola.

Consternant...

Anonyme a dit…

Audureau ne tient pas la route, mais il n'a aucune importance. Les militants anti-tabac, ils font les comprendre. Pendant des décennies on les moquaient, les traitaient de fachos, de cons, d'intolérants, d'aigris, Gainsbourg leur faisait des bras d'honneur à la télé (en l'éspèce, c'était à Gerard Dubois), ils se faisaient rejeter de partout. Puis la loi Evin est arrivé, mais on a vu que les français ne souhaitaient pas l'appliquer entièrement, ni les pouvoirs publics. Puis les temps ont changé ... Mais pas eux.

erwan a dit…

Mouais, j' avoue que le soutien indéféctible qu' ils vouent à ce triste personnage et son discours me laisse penser que si certains sont plus softs sur la forme; sur le fond, rien ne les différencie vraiment...

La relève est assurée pour le retraité...

Yvan a dit…

Cet échange entre Gérard et son interlocuteur était suffisamment étrange pour que je décide de créer un nouvel identifiant sur le forum.

Dans ta citation tu omets le début du message de kris. Gérard écrivait :

« C'est, en effet, le dernier pôle de résistance (avant qu'ils n'en trouvent un autre) de l'industrie du tabac face aux lois destinées au contrôle du tabac. Il n'est pas interdit de penser que la majorité des fumeurs de cigares soit aussi peu consciente de son instrumentalisation... »

Or kris dans sa réponse cite la seconde phrase de Gérard et affirme que les fumeurs de cigares sont au fait des choses. Si on prend cette affirmation au pied de la lettre, cela signifie qu'ils sont conscients, quand ils communiquent autour des cigares, d'être utilisés comme un instrument par l'industrie du tabac pour faire la promotion de leurs produits, et qu'ils acceptent par conviction de jouer ce rôle. C'est certainement le cas de quelqu'un comme YB, mais jusque-là les amateurs de cigares prétendaient que leur communication publique n'avait pas d'effet sur le tabagisme. S'ils reconnaissent être conscients du contraire et s'ils assument ce fait, poursuivre le débat n'est pas utile.

Est-ce exactement ce que kris voulait dire ? Je ne pense pas mais c'est ce qu'il a écrit. Personnellement je n'aurais pas relevé, mais je ne critique pas Gérard pour l'avoir fait.

Il est beaucoup plus facile de se sentir solidaire de Gérard que de personnes qui traitent les militants anti-tabac de miliciens parce qu'ils dénoncent les infractions à un décret qu'ils ont défendu depuis plusieurs années.

Si je me suis permis de faire des analogies entre les buralistes militants et les défenseurs de l'esclavage deux siècles plus tôt, je l'ai fait en m'entourant de précautions et je n'ai jamais fait le raccourci explicitement en écrivant par exemple « les esclavagistes de la confédération des buralistes ». Sur le forum barfumeur en revanche, la formule « les miliciens de DNF » est souvent utilisée.

Sur ce blog, l'agressivité à l'égard des militants anti-tabac est plus importante que vous ne voulez l'admettre. Parler de délation pour désigner la dénonciation des infractions n'est pas anodin. Selon le Robert, la délation est une dénonciation dans le but de retirer un profit ou pour un motif méprisable. Sachant que les militants ne retirent aucun profit personnel quand ils dénoncent un café récalcitrant cela signifie que leur cause, qui recueille le soutien d'une large majorité de Français et est soutenue par la quasi-totalité de la classe politique française à l'exception de la frange la plus droitière, est qualifiée de méprisable. L'association est explicitement qualifiée de méprisable dans d'autres messages. En quoi finalement les propos tenus sur le forum DNF sont-ils plus agressifs à l'encontre des fumeurs ?

Je n'ai pas l'impression que le ton ait toujours été celui-là.

Amicalement,
Yvan

Anonyme a dit…

La frange la plus droitière ? Tu fais allusion au libéral Santini ? à Montebourg (qui est pour une modification du décret) ? A alain Bocquet ? A Maxime Gremetz ? A Michel Charasse ? A Emmanuelli ?Aux députés du Nouveau Centre ?

Grâce à qui tu l'as eu ton décret qui te permet de savourer l'idée qu'enfin les barmans sortent fumer dehors, pendant que les français ont de moins en moins de sous ? C'est bien la droite. Alors
Arrête avec tes sornettes " les poujadistes défendent les cafetiers et les gentils défendent DNF ". Les militants anti-tabac sont des intolérants obtus, d'ailleurs le seul intervenant intéressant sur le forum DNF était un anti-tabac canadien, Papyboomer, qui comme vous, détestait la fumée ... Mais il aimait la liberté et la défendait. Et pour ça, vous l'avez lourdé de
votre forum. Yvan a essayé de faire illusion "gauche paternaliste pro-salariés" mais il est juste un polaris doté de conscience, qui avance masqué. Je me souviens que tu avais tenté de me dénoncer lors du forum gouv.fr en m'attribuant des propos. Tu m'avais accusé de mentir lorsque je citais un sondage issu
de "L'humanité". Tu compares -c'est malhonnête et dingue mais je crois que tu es sincère- un crime contre un peuple comme l'esclavage à un rituel de vie en société comme l'est le tabac. Quand c'est Claude Got ou Dautzenberg, qui ont lutté toute leur vie contre le cancer, ça se comprend.
Quand ce sont des petits bourgeois étriqués, c'est juste pathologique. Cf Mattier ou la dégénérée Ice Cucus.

erwan a dit…

Yvan, en parlant de blog, tu fais référence à BarFumeur ou ici ?

Si c' est de leur forum, j' ai déjà dit et repété que je ne partageais pas les outrances de langage quand on parle de nazisme ou de collaboration.

Quant à la différenciation dénonciation/délation, on tombe dans la délation quand on s' acharne contre une partie de la population en jubilant explicitant que celle-ci soit réprimandée, légitimement ou non. En cela, il y a bel et bien un motif méprisable à user du pouvoir judiciaire en l' instrumentalisant comme un doigt vengeur...

La déclaration d' Audureau ne souffre pas d' interprétation, ce n' est d' ailleurs pas la seule qui va dans ce sens, et tous ceux qui ne partagent pas votre vision du monde sont systématiquement accusés de faire le jeu des industries et du lobby mais je n' ai pas besoin de le prouver maintes fois, ceux qui s' y sont rendus l' ont vite compris. Vos opposants ne sont ils d' ailleurs pas systématiquement qualifiés par le biais de communiqués de presse de calomnieurs coachés par des journalistes. Rémi Vernay n' exigeait il pas qu' on communique sur "la grande ouverture de DNF", demande reprise par Audureau lors du protocole d' accord et qu' il s' est vu refuser tout net.

Je ne suis pas adepte du "pas de fumée sans feu", mais si vous avez une image déplorable, elle est peut-être méritée, et si je n' étais pas, comme beaucoup, profondément choqué par certaines de vos actions, je ne perdrais pas mon temps à me pencher desus parce que j' ai des choses bien plus agréables à faire.

Je ne dis pas que les propos des anti-tabacs sont plus agressifs que ceux des fumeurs, je dis que c' est plus grave quand ça émane d' une association subventionnée par l' impôt citoyen et qui dispose de moyens conséquents pour influer sur les lois et les rêglements.

En cela, le président de DNF et ses cadres ne font pas leur travail, en refusant de modérer les miliciens les plus durs et ils sont nombreux, voire en les encourageant au travers de déclarations choquantes et effectivement aussi méprisables que méprisantes.

Et le pire c' est que ce n' est qu' une étape, et que vous en franchirez bientôt d' autres, que tu en sois ou pas...

Pour autant, bien que tu interviennes parfois pour exposer ton avis, je ne te prends pas à partie, j' expose mon point de vue et je n' attends pas que tu acquièsces ou que tu renies quoique ce soit.

Yvan a dit…

En parlant de blog je parlais d'une dérive ici. Ici aussi on parle de délation ou de miliciens, et le fait que Lucky s'y sente comme un poisson dans l'eau est symptomatique.

Les seuls partis politiques à soutenir explicitement la cause des buralistes sont d'abord le Mouvement Pour la France par la voix de son président, et le Front National à travers ses journaux comme Présent. Pour le reste il ne s'agit que de déclarations d'individus isolés et minoritaires. Les trois candidats socialistes se sont à un moment ou l'autre tous prononcés sans ambiguïté en faveur de l'interdiction totale de fumer dans tous les lieux publics, de même que Dominique Voynet pour les Verts. DSK et Laurent Fabius se sont exprimés très tôt sur ce sujet dans leur campagne, et Ségolène Royal a répondu aux buralistes qu'il ne fallait attendre aucun geste de sa part si elle était élue.

Je pense que DNF a une image déplorable notamment auprès de communautés comme celle de barfumeur, et qu'elle n'a pas à en rougir. Je déplore que ta rancune contre DNF te pousse à t'allier avec cette frange extrémiste en t'écartant de ton sujet d'origine.

La question de la communication autour du tabac est difficile, et pourrait justifier une réflexion moins simpliste que celle développée par Papyboomer, pour remettre en cause la position radicale défendue par Gérard et Rémy. L'insulte n'est pas nécessaire ; au contraire il faut être capable de dépassionner le débat, et si ceux de DNF n'en sont pas capables de redoubler d'efforts pour eux. Ou bien si c'est vraiment impossible, réfléchir ici seulement, avec le risque de manquer de contradicteurs. Au lieu d'une amorce de réflexion je lis des propos de plus en plus agressifs sur un sujet connexe mais différent, qui te font courir le risque d'être assimilé à un militant pro-tabac ordinaire et de perdre ta crédibilité.

erwan a dit…

Yvan,

Je n' ai jamais caché ma sympathie pour Lucky, avec qui il m' arrive de partager des idées, et qui s' est toujours exprimé ici comme n' importe qui d' autre. J' écoute tout le monde et ne censure personne.

Si tu lisais BarFumeur tu saurais que je ne m' allie pas à eux, mais que je les lis comme je lis DNF et que j' y tiens là-bas le même discours médian que je tiens ici. Je suis solidaire des non fumeurs et de leurs droits à ne pas subir les conséquences du tabac, mais je reste opposé à la politique du tout ou rien prôné par les anti-tabacs (que je différencie des non fumeurs car un non fumeur n' est pas nécessairement anti-tabac).

Assimiler des désaccords profonds quant à la politique de DNF avec de la rancune revient à dire que les citoyens qui s' expriment contre les actions menées par celle-ci sont pro-enfumage et prône la haine, je refuse de rentrer dans ce genre de schéma qui fait que tous les blogs, sites et journaux qui contestent cette politique jusque-boutiste sont qualifiés d' anti-DNF.

Je ne rentrerai pas non plus dans des considérations politiques, parce que nos élus se font d' une part élire par opportunisme en se laissant influencer par des sondages où l' on écarte tout compromis, et d' autre part parce qu' assimiler ceux qui remettent en cause le décrêt à des sympathisants d' extrême droite ne m' interesse pas plus que ça.

Je parle de ce que je lis et constate, et à tout moment les lecteurs et intervenants peuvent se rendre sur le forum et les liens fournis pour aller vérifier.

Je ne crois enfin pas vraiment au débat, vous défendez des convictions, les autres défendent les leurs et si elles ne se rejoignent pas, j' estime que c' est déjà un progrès par rapport aux autres lieux d' expression que de laisser à chacun le droit de les exposer sans être banni ou censuré. Tu exprimes parfois des idées radicales, il est normal que ça fasse réagir et inversement.

Dépassionner le débat, j' y suis favorable, mais quand on pose officiellement les jalons de la discussion en déclarant que les non fumeurs ont été privés illégalement pendant 15 ans de toute vie sociale (dixit G.A), on n' établit pas de dialogue sain et mesuré.

Je vois deux volets à votre combat : préventif (campagne anti-tabac, accompagnement de l' arrêt, augmentation du prix du tabac etc...) pour lequel je ne peux qu' être globalement favorable, et restrictif (lieux publics, puis habitation privée, automobile, communication même entre particuliers, lieux de forte concentration etc...) que j' estime extrême. Des deux actions combinées, vous avez à la prochaine génération de commencer à fumer, tout en isolant la génération de fumeurs actuels.

J' estime donc que si certaines mesures préventives sont interessantes, le reste va trop loin, tout simplement parce que vous doterez la France d' un des systêmes les plus durs en Europe.

Audureau l' a dit lui-même : "si le tabac était découvert aujourd'hui il serait interdit". Ne pouvant prôner la prohibition, les anti-tabacs jouent le goulot d' étranglement et ne peuvent par essence que rejeter tout compromis, inconciliable avec le but recherché.

Yvan a dit…

Comme tu l'auras j'espère deviné, mon rappel sur les appartenances politiques était seulement une réponse à d'autres allusions, concernant notamment la position d'Adolf Hitler sur le tabac, des insinuations dont je sais que tu t'es clairement démarqué. On pourrait aussi rappeler que la lutte contre le tabagisme en France a été initiée par Simone Veil, que l'on peut difficilement soupçonner de connivence avec le IIIème Reich.

Ce genre d'allusions douteuses est également présent sur le site du Professeur Molimard, ce qui révèle une relation très ambigüe au tabac, une relation d'amour-haine qui manque du détachement nécessaire à un travail scientifique de qualité. D'une certaine façon il est parvenu à arrêter de fumer mais il n'est jamais parvenu à couper les ponts avec le tabac, même aujourd'hui à 80 ans. C'est aussi le cas de beaucoup de militants anti-tabac.