samedi, septembre 23, 2006

Toscano Extra Vecchio, le puro italiano

Photobucket


Enfin ! Après des mois de fantasme, et des semaines de recherche, un civettier bien avisé (Le Duguesclin à Rennes) a réussi à me trouver ce cigare eastwoodien que je convoitais tant. Je dois dire que le billet de l' élève moreau, fort bien rédigé, m' avait titillé le palais (http://minilien.fr/a0k5ko/).

Vendu en pack de 5, mais les cigares pouvant se casser en deux (sic !), j' ai jeté mon dévolu sur l' extra vecchio, à savoir l' extra vieux, une des rolls de la marque italienne. Oté de son céllophane, le cigare est jouflu au milieu, fin aux extrémités, dur comme du bois, sec, et dégage une forte odeur de bois fumé. La cape est très foncée, très nervurée, et de petits bouts de feuille s' en détachent. Hum... Fébrilement, j' ôte la bague et décide de le casser en deux (cf photo), la taille impressionne moins, ou tout du moins me rassure, et je mets le feu à la bête.

En bouche, pas de doute, vous êtes bien dans un western de Sergio Leone et vous vous surprenez à plisser des yeux un pancho sur le dos en vous prenant pour Blondin. Quid du goût ? Piquante au départ, la fumée est ample, généreuse mais courte en bouche, calée dans un registre très boisé tendance feu de broussailles. Difficile de parler de tiers ou même de moitié, on sait juste qu' on avance dans la dégustation, pourtant limitée à une demie heure, au fur et à mesure que la barbe vous pousse. En fin de fumage, viennent des notes de réglisse pour nuancer un peu le tout.

Etrangement, j' ai lu ici et là que ça puait horriblement, et je ne trouve pas, ou alors j' ai perdu mon odorat, ce qui est bien possible. Par contre, des plaques blanches apparaissent sur la cape au fur et à mesure qu' elle brûle, amusant.

Un cigare d' homme, rugueux comme un cactus, aride comme le désert, qui cogne comme le mescal, un cigare de l' amitié qu' on casse en deux pour offrir à un compagnon de route, ou à un type qu' on voudrait assommer sans avoir à cogner pour peu qu' il ait oublié de manger avant et de boire pendant. Autres avantages appréciables, pas besoin de le conserver dans sa cave, et on peut le tenir fermement entre les dents sans avoir peur d' abimer la cape, indestructible.

A fumer de temps à autres pour se rapprocher de la Toscane à moindre frais.

18 commentaires:

l'élève moreau a dit…

Ah voilà qui fait plaisir, ca y est, je suis toujours un guignol mais un guignol qui conseille, j'vais demander un taf de VRP chez toscano, A MOI MONICA, SES YEUX VERTIGINEUX, SON ACCENT SUCRE ET SES COURBES VOSGIENNES !
HUMHUM...Aprés cet égarement lexical, je te prierai de m'excuser de l'inactivité de ces derniers temps... je viens d'emmenager à Geneve...c'est donc par necessité que je me tais....;-)
Quoiqu'il en soit je vais bien avoir du mal à défendre mes positions gauchistes ici et il m'est impossible de tomber dans le libéralisme trompeur....va donc falloir que j'invente un truc, dois bien y avoir un moyen...

erwan a dit…

Genève... La relève du Che emménage au pays des banques et des cigares détaxés. Honte à toi !

Va falloir que tu la joues à la Blair; la 3ème voie, ou à la Pompidou, le changement dans la continuité, ou à la Moreau mais va falloir innover...

.oO(Même pas jaloux...bon un peu, pour les cigares)

l'élève moreau a dit…

T'inquiète, j'ai déjà mon idée...un truc difficile à gober mais du jamais fait (merde, je suis en chuisse, faut que je depose un brevet)...un truc du genre dictature culturelle ou l'omniscience au pouvoir, une sorte de joug du savoir et de la culture...ca reste à developper bien sur.

erwan a dit…

Je te propose ça en ouverture de meeting, juste avant ton discours :

http://www.pubstv.com/video/publicites-1-351/Egg-327.html

Les suisses apprécieront. Dire que ça a été censuré...

babass a dit…

Bon dès que je rentre en bretagne, je passe à rennes, et je vais demander au dugesclin a rennes si il a toujours ces magnifiques toscano Extra Vecchio, j'ai bien envie de tester et d'en offrir a mon meilleur ami, afficionados des cigar aussi pour noel...

mat yeah a dit…

La Tosca nie avoir fumé le baron Scarpia !
Le crime ne paye pas l'mal...
La Toscane, oh si belle région tabac-colle !
Cernée par la Ligue Urie où l'On Brille près de l'Amère Tire Est Née Haine dans ce Lassie Homme pour les beaux yeux d'Emmy Lee Rome A Gneux...

Pipo a dit…

Bien le bonjour,

Les coms ne sont pas d'aujourd'hui, mais c'est si rare de capter une conversation sur le Toscano que je régale à vous lire..Bien d'accord avec vous...Le toscani ne pu pas...et ses détracteurs (les mêmes qui ne peuvent pas fumer un puro cubain ou un LaPaz sans whisky ni Cognac) oublient (où n'ont jamais su que c'était là un cigare de tradition...Oui Oui..de tradition). Et de cette tradition là, beaucoup de plaisir peut être tiré...C'est un cigare d'ouvrier, de laborieux, c'est un cigare de pauvre, très rustique, qui renvoie à la terre (et ça se sent)... Il est long à fumer car il vient d'une époque où l'on pouvait faire l'éloge d'une certaine lenteur et où il était un formidable compagnon de vie et de travail...Enfin bref...au plaisir de vous lire...votre blog est bien bien sympa...

erwan a dit…

Salut Pipo et merci pour le com'.

Le temps a passé et je suis devenu un fan absolu de la marque. Les Antico sont terribles, la fumée est plus satinée, plus douce.

Pas un jour ne passe sans que j' en fume au moins un (ou deux puisque je les coupe en deux). Comme vous le dites, ce serait une erreur de le snober pour délit de faciès, mais il a l' avantage d' être prisé (tout du moins en France) par une petite communauté d' amateurs qui l' idolatrent.

Un cigare populaire dans le bon sens du terme, un cigare bourru, un cigare de l' amitié, loin du tape à l' oeil et de l' ostentatoire qu' on voit encore trop souvent dans le milieu du cigare.

Si je devais en choisir un pour partir sur une ile déserte, ce serait un Toscano !

Bonnes volutes et au plaisir.

Pipo a dit…

C'est vrai qu'une fois qu'on s'est familiarisé avec lui, ce cigare devient un vrai compagnon fidèle et authentique...Il est assez facile à trouver ici, à Lyon, où depuis fort longtemps, ses fidèles se chargent de l'honnorer (dont mon cher père)et où les citoyens d'origines italienne sont légions... Vous savez surement qu'il existe un magnifique ouvrage sur le Toscano, un livre (textes et photos) d'une beauté et d'une qualité exceptionnelle : Toscani "Un cigare de passio" Ed Alinari (traduit)237 pages sur le toscani avec des photos sublimes...
Au plaisir cher fumeur...

erwan a dit…

J' avais entendu parler du livre mais je ne connaissais pas le titre, merci beaucoup, je tâcherai de me le procurer ! ;-)

esculape77 a dit…

un cigare très intéressant à fumer!
Un peu à part aussi. Ne vous attendez pas à retrouver ici la saveur ni le prestige d'un "habano" ou d'un grand dominicain, ou autre...
Mais vraiment une expérience à tenter! On peut même avaler la fumée (par contre attention, c'est du costaud!). Il ne laisse pas d'amertume ou d'arrière-goût comme un cigare traditionnel, un havane notamment, et ne vous laissera pas une haleine de cendrier après l'avoir fumé.
Bien moins cher (habitant à Lyon, j'en ai trouvé au tabac du centre commercial de la Part-Dieu), les 5 pour 6 euros, je pense que c'est un cigare qui devrait plaire aux fumeurs de cigarettes.
Et puis j'ai appris qu'il avait eu le label "slow food", qui récompense les produits de terroirs. Sur le paquet est indiqué que ce cigare est fabriqué en Italie depuis 1818. Une vraie curiosité, qui vaut la peine d'être essayée, qu'on soit fumeur de cigarettes ou comme moi amateur de bons cigares.

Erwan a dit…

Faut être labelisé Clint Eastwood pour avaler la fumée. Je l' ai fait une fois, par inadvertance, je n' ai jamais réédité !
Je recommande l' Antico depuis que j' en ai trouvé, à la fumée plus douce et satinée, mais tout est affaire de goût puisque mon frangibus préfère l' extra-vecchio.

angelo a dit…

C'est avec plaisir que je retrouve à chaque fois la note personnelle des Toscano, un arôme que je qualifierai de "caramel". Et merci pour le blog.

Erwan a dit…

Merci à toi, un amateur de Toscano est toujours un homme de bonne compagnie !

Anonyme a dit…

Ma première boîte de Toscano Extra Vecchio a été achetée par hasard, parce que la boîte était jolie et mon côté italien m'y a poussé. Et une fois un cigare en main, je me suis rendu compte que c'était les mêmes que mon grand père fumait quand j'étais gamin.

D'après ma soeur, les siens étaient un peu plus gros, du coup je me demande : est-ce qu'il existe des Toscano un peu plus gros ?

Pour ce qui est d'en trouver, ils sont effectivement assez rares, mon grand père les faisait commander spécialement par son buraliste. Mais pour ceux que ça intéresse, ici à Grenoble, j'ai vu des Extra vecchio au Havane (place Victor Hugo, à côté du tram), et des Antico (que je vais du coup m'empresser de goûter) dans un tabac rue de Strasbourg (j'ai oublié lequel).

Erwan a dit…

Je confirme, il existe certaines séries limitées qui sont plus volumineuses.
Taper "toscano" sur youtube, un givré italien possède toute la gamme et la présente en détails !
Se méfier cependant des souvenirs d'enfance, parfois trompeurs, et certains fumeurs de Toscani les fument non coupés en deux à partir du milieu mais aux extrémités.

Anonyme a dit…

Bonjour,
Le Toscano ? mais c'est tous les jours, une boite d d'Antico. Mon buraliste me les commande : si un jour vous passez par Epinac en Saone et loire, demandez Mr Moret à la Garenne
Ceci dit je fume aussi d'autres cigares, mais mon préféré c'est bien le Toscano

Erwan a dit…

Je note, merci !
Je suis aussi passé à l'Antico, moins rustaud que l'homologue Extra-Vecchio.