dimanche, avril 18, 2010

L' énigme Don Pepin Garcia

Ce label nicaraguayen est l' un des plus côtés aux USA. Don Pepin Garcia est l' un des plus gros fabricants de cigares premium et la plupart de ses cigares sont très bien notés dans les revues spécialisées et sur les blogs (majoritairement américains).

C'est pourquoi j' avais décidé de m' offrir une boite de Green Label Oscuro Série en module La Fuerza façonné pour Espinosa & Ortega EO Cigars et de goûter le Blue Label en module Robusto.

Les deux bêtes :

Blue Série :


Green Série:


Si le Green Série est clairement plus sombre, c'est le Blue Label qui est le plus puissant (le module joue sûrement). J' ai décidé de parler des deux - plutôt que de les comparer - parce qu' ils sont au final très proches. Tous deux sont des "full-bodied" et sont calés à peu de choses près sur les mêmes arômes typiques, ai je pu lire, du goût Don Pepin : des cigares plutôt costauds pour le haut de gamme et poivrés.

Et c' est bien à ce niveau que le bât blesse à mon goût. Le poivre c' est bien, mais quand on commence sur du poivre, qu' on continue sur du poivre, et qu' on finit sur du poivre, mieux vaut être follement passionné par ce condiment et il semble que ce ne soit pas mon cas. Pourtant, et dans un autre registre, j' aime beaucoup la série VSG du dominicain Ashton, mais leurs cigares ne jouent pas uniquement sur ce registre qui, à la longue, fatigue et lasse un peu.

Des deux Don Pepin, j' ai preféré le Blue Label, un peu plus varié puisqu' au boisé/poivré viennent s' ajouter sur la fin (rassasiante !) quelques notes torréfiées , et c' est plutôt une bonne nouvelle pour ceux qui auraient envie d' essayer puisque seule cette série est disponible en France pour un peu plus de 7 €.

Malgré la relative déception - l' univers du cigare n' est pas jalonné que de réussites vous le savez bien - je recommande de le goûter. Ces cigares sont excellemment bien faits (comme souvent au Nicaragua) et il est fort possible qu' ils trouvent des amateurs français pour les apprécier.

Pour ma part, je ne peux pas dire qu' ils ne sont pas bons, tout au plus que les Don Pepin ne sont pas faits pour moi et je m' en désole tant j' aime ce terroir que je peine à reconnaitre au prisme de ces deux ambassadeurs...

Green Serie La Fuerza : 2/5
Blue Label Invictos : 3/5

13 commentaires:

Thierry a dit…

J'ose une petite correction dans le texte : "...le BÂT blesse...".
En effet, au début de votre blog, vous précisez que vous souhaitez être informé de toute "imperfection" dans vos écrits... Alors, le "bouffeur de frites que je suis" se fait remarquer !!!

Origine de l'expression :



L’expression apparaît dès le milieu du XVe siècle en référence aux bâts que l’on posait sur le dos des mulets et sur lesquels on accrochait les charges qu’ils transportaient. Ainsi, les bêtes dont le bât était mal fixé ou trop chargé avaient des plaies qui les faisaient souffrir. Dire "C’est là que le bât blesse" revient donc à dire que l’on a trouvé la cause d’une souffrance (psychologique en général), ou le point sensible d’une personne.

erwan a dit…

Thierry,

Un grand merci à l' érudit que vous êtes ! Je m' empresse de rectifier cette vilaine faute de français.

Je n' ai pas perdu ma journée grâce à vous. Merci pour votre participation constructive et n' hésitez pas au besoin à me faire part de vos éclairages.

Nicolas Juban a dit…

Les Blue Label sont dispo en France (dont l'invictos)... Pas cher entre 7 et 9 euros (9 pour le delicias, un format Rothschild)... pas cher.

erwan a dit…

J' ai un rapport bizarre avec ce cigare. Je ne l' ai pas aimé plus que ça en 1er lieu, et je me retrouve à le fumer assez régulièrement sans pouvoir en dire grand mal...ni grand bien. Je ne le conseillerais pas vraiment en priorité, sans le déconseiller non plus.

Très étrange...MAis je m' arreterai au robusto, je fatiguerais rapidement avec un module plus imposant.

Nicolas Juban a dit…

Le Rotschild est assez chiant.. c'est plutot bon, pas très puissant, mais ça reste calé sur la même chose... beau volume de fumée, tirage impeccable... bref, c'est ce que j'appelle un excellent cigare de Poker.. ça en jette et ça permet de rester concentrer sur la partie...

Alex a dit…

Histoire d'aller à contre-courant (j'adore ça !),

j'ai beaucoup d'affection pour l'Invictos, que je ne trouve finalement pas si poivré que ça (comparé à un Cain 660 par exemple).
Alors bien sûr, on n'est pas dans des arômes de chocolat et de vanille, mais je trouve dommage de le réduire uniquement à cette réputation de moulin à grains.

Par ailleurs il est particulièrement bien placé au niveau tarifaire et la construction est toujours remarquable.
Je viens d'ailleurs d'en commander une boite.

Je sis curieux d'essayer aussi le black label...

Erwan a dit…

Le Black Label c'est en cours pour ma part, et je préfère pour le moment le blue ;)

Twangking a dit…

A ce que j'ai lu, le black serait moins fort et moins poivré justement?

Je me demande bien ce qu'il peut y avoir à la place !

Erwan a dit…

Ah ? J'ai plutôt eu l'impression inverse.
A la place ? Du poivre blanc au lieu du noir (Don Pepin Style) :p

Twangking a dit…

Bon, je les tremperai dans la mayonnaise pour adoucir tout ça alors.

Erwan a dit…

J'ai testé la torpille, je ferai un post dessus...

Twangking a dit…

On attend toujours ce post sur la torpille...

J'ai refumé l'Invictos (blue), il m'a bien plu par rapport au Generosos (bien plus long à se réveiller). Au prix US, ça reste un bon petit cigare tout venant.

Erwan a dit…

Correct, sans plus, pas de quoi pondre un billet, camarade, le robusto est le plus nerveux de la bande, les autres font de la figuration mais on s'endort...